Vivre le temps

Baobab de Joal-Fadiouth, au Sénégal
Baobab de Joal-Fadiouth, Sénégal

« En Europe vous avez les grosses montres, en Afrique nous avons le temps », me dit un jour un ami malien. Avoir le temps, prendre le temps, l’Afrique a un temps d’avance sur un monde qui tourne et s’agite pour combler le vide de son temps. Avoir un emploi du temps chargé apparaît comme une distinction de classe pour des occidentaux en manque de bonheur, quand à l’évidence c’est là la marque d’une aliénation. Qui ne dispose pas d’au moins des deux tiers de son temps pour lui-même est un esclave, écrivait Nietzsche, car l’homme libre ne peut-être contraint par temps. Allons plus loin encore, le temps n’est pas une chose que l’on possède, ce n’est pas un cadre que l’on rempli, un contenant plein de contenu, pas plus qu’il n’est la succession de choses, car le temps est l’événement même, c’est-à-dire le rapport des choses entre-elles, si bien que la physique nous entraîne à penser le temps et l’espace comme une seule et même entité. Enlevez le contenu, vous enlèverez réciproquement l’espace et le temps. L’univers n’est pas un panier vide, il est le plein des événements. Évidemment cette idée nous éloigne du temps vécu, c’est-à-dire du sentiment d’un avant, d’un maintenant, et d’un après des choses. Mais comprenons que ni la croissance, ni le vieillissement, ne se font dans le temps, mais c’est parce que l’on croît et que l’on vieilli que l’on conceptualise le temps.

L’avenir n’existe pas pour ceux qui sont contraints de vivre au jour le jour, tout au plus imagine-t-on la fin de l’année. C’est pourquoi la dimension du temps la plus essentielle aux yeux de l’Afrique, c’est le passé, les palabres font les traditions. Le cours du temps est comme un fleuve qui coulerait vers sa source. Faire de l’Histoire, c’est avancer en regardant derrière, en regardant ce passé qui construit et se fige éternellement dans le présent, présent depuis le quel on essaye de deviner demain. Mais en suivant cette métaphore, peut-on réellement se retourner pour observer l’avenir, peut-on regarder l’océan dans notre dos ? La réalité ontologique du futur pose question. Le futur, au sens propre, objectivement, semble ne pas exister. Il est projection d’un esprit, synthèse hypothétique de l’imagination, mais il est ni un être, ni un étant, car la seule chose qui existe pour le vivant est l’instantanéité de l’événement nourrit infiniment par le passé. Jamais nous ne ferons l’expérience du futur, car quand bien même nous inventerions une machine à voyager dans le futur, ce futur se ferait présent dans le vécu de nos aventuriers. Mais pour réaliser une telle aventure, encore faut-il que le futur soit quelque chose de réel, c’est à dire en dehors des esprits, ce que je mets en doute en cet instant. Aussi les paradoxes temporelles des sciences fictions ont de beaux jours devant-eux.

Laissons le temps à l’Afrique, ne les obligeons pas à se projeter dans l’avenir, car se projeter dans l’avenir lointain, c’est vivre dans une incertitude certaine, et au contraire, apprenons à oublier demain pour savoir apprécier le seul instant. Nous n’avons aucune garantie en ce qui concerne l’avenir, et certes les parents voudront s’assurer de la stabilité du monde de demain, mais en ce cas ils devront aussi renoncer au bonheur de leur propre vie, assaillis par une angoisse faite d’imagination. Paradoxalement, supprimez la pensée du futur, et vous supprimerez beaucoup de tristesse, car c’est bien l’idée du changement qui fournit sa matière à la mélancolie, ce que la seule idée du présent ne peut faire naître d’elle-même. Nous imaginons le futur parce que l’on constate qu’aujourd’hui est différent d’hier, alors on projette demain. Mais pour qui se contente d’être, sans projeter, même sans oublier, l’incertitude de l’avenir n’est point troublante : « Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants. »

06/06/2019

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s