Du copulage à l’amour

Louis d'Orléans montrant sa maîtresse - Eugène Delacroix - MBA Lyon 2014.JPG
Delacroix, Louis d’Orléans montrant sa maitresse

D’où vient cette lâcheté des hommes quand ils sont conquis par une femme? Pourquoi leur arrivent-ils de renier jusqu’à père et mère pour les bras d’une promise ? Je me souviens de ces amis qui, du jour où ils rencontrèrent quelqu’un, devenaient invisibles pour ne plus paraître que suivant la volonté de leur chère et tendre. Est-ce l’amour qui lie ainsi deux êtres ? Est-ce la crainte de la solitude, ou la peur d’une abstinence forcée ?

 A défaut de s’isoler, non point rares sont les pères qui oublient jusqu’à leurs enfants pour les baisers d’une autre ; les voilà tiraillés entre l’amour paternel qui se rappelle à eux et la volonté de puissance de leur belle qui parfois, si elle le pouvait, irait jusqu’à anéantir toutes traces de vie passée pour s’assurer une domination totale sur l’existence de sa prise. Hélas, l’homme résiste malgré lui, il ne peut s’aliéner aussi facilement, et il faut alors trouver des compromis, utiliser la ruse, la bouderie, le chantage, pour soumettre son amant à ses désirs.

 Qu’une relation de pouvoir naisse au sein d’un couple comme en toute chose, c’est chose banale, mais d’expérience (vérité non universelle mais propre à l’auteur) les femmes sont davantage portées à se soucier de leur progéniture, au prix de nombreux sacrifices, que ne le sont les hommes, plus encore lors des séparations. Attention, je ne parle pas d’une vérité qui appartiendrait à l’essence des genres, mais bien d’une observation personnelle, car s’il m’est arrivé de rencontrer des pères dignes et dévoués pour leurs enfants au point d’en faire la priorité et de renoncer à une mauvaise rencontre, j’ai surtout pu observer la situation contraire. Je parle donc en mon nom et me garde de généraliser cette expérience. Mais combien d’hommes et de femmes dans des situations instables préfèrent s’entêter, ayant sous les yeux les causes de leur malheur, détournant la tête pour regarder l’horizon quand on leur montre leurs chaines. Il est facile de dominer la faiblesse des mâles, tenez-les par la queue comme par une longe, ils oublieront leur dignité.

 Construire un couple ne signifie pas renoncer à sa volonté et à ses désirs, et plus un couple se construit à travers des compromis allant dans le sens contraire des désirs individuels, plus le couple sera bancal et tiraillé par des passions négatives. On refoule alors nos émotions dans un sac de tristesse qui un jour ou l’autre se percera, jamais satisfait, éprouvant le besoin de changement quoi que l’on établisse, se sentant prisonnier d’un on ne sait quoi avant de comprendre que nous sommes enferrés à l’autre, étouffés par ce que l’on a laissé se construire, alourdis par notre propre impuissance pour nous assumer. Au contraire, la passion positive, l’amour, sera d’autant plus forte qu’aucun n’aura le sentiment de concéder une part de soi à son partenaire, voyageant plutôt ensemble sur un chemin commun tout en suivant sa propre volonté ; les désirs s’accordant d’eux-mêmes par leur ressemblance. Aussi peut-on dire qu’un couple authentique ne se construit pas, il se fait de lui-même et tout naturellement, comme une graine pousse et donne de beaux fruits quand les bonnes conditions sont réunies, sans avoir besoin de produits artificiels empoisonnant la chair et contaminant tous ceux qu’ils sont censés nourrir, ni même portés par des tuteurs pour les soutenir dans leur croissance. L’apparence du fruit n’en fait pas sa qualité gustative. Seulement certains grains sont capables d’attendre mille ans enfouis sous terre avant d’entreprendre leur route vers le ciel ; patience qui ne concerne point les hommes pour qui la solitude est souffrance et l’usure inévitable. On peut néanmoins prendre le temps de sa jeunesse pour ne pas se jeter pêle-mêle dans un futur fragile et en profiter pour se former à la lumière de nos rencontres. Il manque au jeune âge l’expérience des anciens, et quand enfin il apprend à mieux se connaître et à connaître les hommes, voilà que la fougue manque et qu’il ne dessine plus l’avenir avec la même certitude qu’à dix-huit ans.

 17/05/2019

 

2 commentaires sur “Du copulage à l’amour

  1. C’est un article qui devrait faire réagir pas mal de monde. La situation des enfants au milieu de couples recomposés que tu décris est très réaliste.
    Comment faire pour que les enfants n’aient pas le sentiment d’avoir perdu leur place ?

    Aimé par 1 personne

  2. Bon jour,
    Un article comme un réquisitoire.
    Les femmes sont possessives et dominent par effet. Il n’est pas besoin de chercher pourquoi les hommes sont phallocrates. Quant à : « Il est facile de dominer la faiblesse des mâles, tenez les par la queue comme par une longe, ils oublieront leur dignité. » Généralité posée comme une évidence d’un esprit un peu court.
    Par ailleurs entres-elles, il y a cette concurrence qui ne fait pas dans la dentelle, rarement au grand jour …
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s