La pêcheuse

Je me laissais noyer

D’un haut vertige sombrais

Me fit épave, cadavre

Qui de la nuit fait havre

 

Quand au fond des abysses

Se laissant entrevoir

Un trésor, un calice

Un ressort dans le noir

 

La surface s’illunait  

Et le ciel renaissait

Sur le friselis gris

D’une mer endormie

 

J’ai retrouvé ton air

Me drossant vers la terre

Piégé dans tes filets

Enfin je remontais

 

05/02/2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s