Pensées de passage

  • Juger l’autre d’un coup d’œil rapide est un risque que l’on ne peut pas prendre si l’on veut accéder aux profondeurs de sa personne. Mais faut-il encore savoir ce que sont les profondeurs de sa personne ? En revanche, à la lumière de la littérature chiliastique, traversée par une expérience de vie, l’observateur retrouvera dans les hommes, des traits communs, suffisamment généraux pour savoir dire quelque chose de l’autre et de sa manière-d-être. Je vois déjà s’élever toutes les biens pensances, « tu ne peux pas juger sans connaître ». La bien pensance à ceci de répugnant qu’elle est facile à dire, mais rarement suivie à la lettre.
  • L’homme a déjoué les lois de la nature, aujourd’hui survivent les être faibles. Les binoclards devraient périr avant les autres, limitant les générations d’attardés qui conserveront les mauvais gènes. Oh-la, l’ami. C’est que nous ne sommes pas des bêtes.
  • Le niveau de vie des occidentaux, leur moyen de production, a dépassé tout ce que nos ancêtres pouvaient rêver. De la nourriture, il en pleut à outrance. Sans oublier la paix du plus grand nombre, la vie confortable, très confortable. Et pourtant, et pourtant… Voila un gadget électronique à porté de main, un gadget de mode que la création du besoin a rendu indispensable. Si certains sont prêt à vendre leur fils pour l’obtenir, voici une autre foule de malheureux se jetant, comme des poules derrière la garniture, sur l’occasion qui leur est offerte de pouvoir posséder, sans vider sa bourse, le bel outil. Mais pas besoin de technologie pour repérer les rapaces, vous les verrez voler là où les choses sont gratuites. Quand un homme, même dans le besoin, refuse la facilité, c’est que cet homme a un minimum de noblesse. Noblesse, un terme oublié.
  • La technologie devait simplifier la vie. Elle l’a au contraire complexifiée à un point tel que la vie devient invivable. Ces agriculteurs violant la terre avec leur gros engins et qui viennent crier famine à la fin du mois, alors qu’ils ont ensemencé pour des milliers de bouches. Ces route bitumées portant les filets d’échappement jusqu’au ciel, dans un bruit à en crever la quiétude. Des aliénés à leur écran d’ordinateur qui ne veulent pas manquer ce mail si important pour les mettre au travail. Les hommes de la modernité me dégouttent. Tout pourrait être si simple.
  • La télévision et le web produisent une myriade de choses choquantes, débiles, lavant les cerveaux d’un vrai esprit critique. La connerie, quand elle passe pour un divertissement sérieux, est une chose choquante. Et qu’entendons nous à propos des caricatures de Charlie Hebdo : leurs dessins ont pu choquer les croyants. En arriver à un tel degré de connerie demande des années d’exercices. Bien sûr il faut comprendre l’humour, la finesse, et l’intelligence de la caricature. Oh certes, l’enjeu peut-être politique (Charlie n’est pas un journal de droite), mais il faut être dénué de cerveau pour ne pas en rire un minimum.
  • Ils sont beaux les prêcheurs de charia. Ils vendent leur fond de commerce comme une alternative au capitalisme, seulement les voila roulant dans leur grosses voiture, avec leurs belles montres, dans le fin fond du désert. Il ne faudrait donc pas croire que le problème est seulement religieux, il est surtout structurelle. Les crétins y naissent en abondance, comme des tumeurs.
  • Si la faute est faute du système, changeons le système. Si le système c’est nous, changeons nous.
  • Nous nous pensons comme centre du monde, en même temps, ce point de vue, le mien ici et maintenant, est bien unique. Nous voulons qu’autrui nous considère comme un individu libre et indépendant. Et voilà que l’on accuse le système de produire la misère des uns, cause du mal agir qui s’ensuit. Seulement les meurtriers et voleurs ne sont pas toujours des gens pauvres et incultes, regardez les politiciens et les grands patrons. L’état garantit les libertés, il légalise aussi une forme de vol, quand des salaires mirobolants sont versés à quelques uns alors que l’on crie à la « crise »…

19/03/2016

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s